Parkland +

21035931_20130903173640068.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx22 novembre 1963, 12 h 38. C’est un patient peu ordinaire qui arrive en urgence au Parkland Memorial Hospital de Dallas. Il s’agit du président John F. Kennedy, sur qui on vient de tirer alors qu’il traversait Dealey Plaza en limousine décapotée, acclamé par la foule. Tandis que la nouvelle se répand dans le monde, une page méconnue de l’histoire s’écrit dans cet hôpital qui n’était absolument pas préparé à affronter cet événement. Autour du corps, les questions et les émotions s’accumulent. La pression monte. Proches, anonymes, officiels, tous vont être confrontés à une prise de conscience et à des décisions qui changeront leur vie à jamais…

Pour son premier film, Peter Landesman porte sur écran le roman de Vincent Buglioso, Four Days in Novembre : The Assassination of President John F. Kennedy, qui retrace les évènements du jour de l’attentat et des trois jours suivants.

Entouré d’un parterre d’acteurs impeccables (Paul Giamatti, Billy Bob Thornton, Marcia Gay Harden), le cinéaste s’intéresse aux petites histoires autour de la grande, de la stupéfaction du personnel hospitalier à l’énergie déployée par les services secrets pour résoudre l’enquête en passant par l’incompréhension de la famille Oswald et le choc ressenti par toute la population.

Si la mise en scène, quoique formelle, tend vers un réalisme saisissant en composant avec les images d’archives, et bien que le sujet, pourtant traité à multiples reprises, continue de fasciner autant, le film de Landesman, au style conventionnel, n’apporte pas grand chose de plus et s’oublie aussitôt le générique de fin terminé. Dommage car l’angle choisi semblait prometteur.

En DVD depuis le 10 février 2014 (distribué par metrofilms).

Film 2013 et bande annonce à découvrir sur Cinetrafic.
Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Turbo

21024051_20130802102929359.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxTurbo est un escargot qui n’a qu’un seul rêve en tête : être incroyablement rapide ! Son obsession pour la vitesse l’a rendu quelque peu impopulaire chez les siens, où lenteur et prudence sont de rigueur. Mais il est hors de question pour lui de se conformer. C’est alors que se produit un étrange accident qui lui donne soudainement le pouvoir de foncer à toute vitesse. Il s’embarque alors dans une aventure extraordinaire pour accomplir son invraisemblable destinée : courir contre le plus grand champion de course automobile, Guy La Gagne. Avec l’aide d’une équipe d’escargots aussi rusés que stylés, l’ultime outsider Turbo mettra tout son cœur et toute son énergie à prouver « qu’aucun rêve n’est trop grand, aucun rêveur n’est trop petit ».

Premier long métrage de David Soren, à qui l’on doit le moyen métrage Joyeux Noël Madagascar, Turbo est une gentille comédie pour enfants qui multiplie les bonnes intentions et fourmille d’inventivité visuelle.

Malheureusement, les failles sont légion, entre un scénario sans originalité (comme si Cars avait été revisité à la sauce escargot), une histoire prévisible du début à la fin, un ton des plus convenus, des dialogues faibles et une mise en scène un tantinet paresseuse qui manque cruellement de relief (un comble pour un film d’animation en 3D!).

Dommage,  les équipes de Dreamworks nous avaient habitués à davantage de fantaisie et à bien plus d’inspiration…

Sortie le 16 octobre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS