Her ++

014107.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLos Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…

Raconter une histoire d’amour avec finesse et sensibilité sur fond de science fiction inquiétante et terriblement réaliste :  fidèle à lui-même, Spike Jonze, nous livre une fantaisie peu commune et s’intéresse au sentiment amoureux à travers l’histoire improbable mais non moins sincère entre un homme solitaire et un programme informatique ultra perfectionné.

Le cinéaste – dont l’imagination débordante n’a d’égale que sa lucidité saisissante – nous prend par la main et nous emmène progressivement dans un univers futuriste proche de notre réalité, à cela près que la technologie régit le quotidien de façon absolue, creusant un peu plus le sillon de la solitude. L’effet du miroir grossissant est aussi efficace que terrifiant.

Parmi la foule quasi-autiste qui grouille, pendue à son oreillette et coupée du monde alentour, Theodore (Joaquin Phoenix, en tout point parfait), un « écrivain » par procuration chargé de rédiger lettres, poèmes ou déclarations enflammées pour quiconque n’a plus le temps de prendre sa plume, vaque à ses occupations. Jeux vidéo sur écran plasma « comme si vous y étiez », échange de politesse avec ses voisins, et plaisirs nocturnes vite expédiés afin de détourner un instant cette pesante sensation d’isolement.

Mais quand arrive Samantha, ce programme informatique intuitif, le dialogue s’instaure à nouveau et contre toute attente, une complicité naît peu à peu jusqu’à l’apparition du sentiment amoureux… et de toute sa complexité.

Particulièrement inspiré, Spike Jonze signe son premier scénario en solo – récemment récompensé d’un Oscar – et compose un film poétique et mélancolique particulièrement touchant.

Une expérience étrange et passionnante qui continue de titiller l’esprit bien longtemps après le générique de fin…

Sortie le 19 mars 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Les Amants du Texas

21023666_2013073114405281.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxBob et Ruth s’aiment, envers et contre tout. Et surtout contre la loi. Un jour, un braquage tourne mal et les deux amants sont pris dans une fusillade. Quand Bob est emmené par la police, Ruth a tout juste le temps de lui annoncer qu’elle est enceinte. Dès lors, Bob n’aura qu’une obsession : s’échapper de prison pour rejoindre sa femme et son enfant.

Mais quand il y parvient, quatre ans plus tard, le rêve correspond mal à la réalité. En fuite, poursuivi par la police et par les membres d’un gang, Bob peine à rétablir le lien avec sa famille. Ruth est devenue mère et elle ne veut pas d’une vie de cavale : courtisée par un policier attentionné, la jeune femme devra choisir entre le passé et l’avenir.

Second long métrage de David Lowery, Les Amants du Texas raconte une histoire d’amour devenue impossible entre un hors-la-loi passionné et une jeune femme prise dans la tourmente entre raison et sentiments.

Pour camper ces Bonnie et Clyde d’un genre plus intimiste, Casey Affleck surprend par sa puissance et sa maturité et fait la part belle à la sublime Rooney Mara, solaire et lunaire. Quant au personnage de Patrick, le shérif dévoué secrètement épris de la belle Ruth, Ben Foster livre une prestation touchante, tout en finesse et en retenue.

L’intemporalité qui se dégage de ce drame aux accents de western teinté de romantisme, la douceur qui nous berce tout au long de ce récit mélancolique entrecoupée de notes brutales, la mise en scène subtile et minimaliste, les personnages au caractère bien définis qui évitent la caricature, la tessiture folk, les images aux couleurs chaudes contrastant avec l’intention terrible du film sont autant d’éléments qui font des Amants du Texas une réussite. Un film a priori tout simple qui laisse pourtant une étrange impression d’éphémère inoubliable.

Sortie le 18 septembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS