Asphalte

332542

Un immeuble dans une cité. Un ascenseur en panne. Trois rencontres. Six personnages.
Sternkowtiz quittera-t-il son fauteuil pour trouver l’amour d’une infirmière de nuit ?
Charly, l’ado délaissé, réussira-t-il à faire décrocher un rôle à Jeanne Meyer, actrice oubliée des années 80 ?
Et qu’arrivera-t-il à John McKenzie, astronaute tombé du ciel et recueilli par Madame Hamida ?

Voici notre coup de coeur du mois ! Présenté en avant-première au dernier Festival de Cannes, Asphalte est un petit bijou de fantaisie, de joliesse et de nostalgie, fait d’amitiés improbables et de parenthèses infinies.

Samuel Benchetretit adapte ici deux de ses nouvelles de Chroniques de l’Asphalte, et nous offre des tranches de vie de personnages esseulés, comme engourdis par leur quotidien, et qui se réveillent peu à peu au gré d’insolite rencontre.

Un tel s’invente globe-trotteur-photographe pour impressionner la belle infirmière. Tel autre s’improvise directeur de casting pour aider sa nouvelle voisine à retrouver sa carrière d’antan. Une troisième se met à choyer un étranger complètement perdu comme s’il s’agissait de son propre fils.

« Si je devais résumer le film, je dirais qu’il s’agit de trois histoires de chute. Comment peut-on tomber – du ciel, d’un fauteuil roulant ou de son piédestal – et être récupéré ? Voilà la question qui traverse à chaque instant Asphalte. Car les gens de banlieue peuvent être de très grands « récupérateurs ». Pour y avoir passé ma jeunesse, je peux dire que je n’ai jamais connu de solidarité aussi forte qu’en banlieue. Même si avec le temps, comme partout, la solitude et l’isolement gagnent peu à peu du terrain » explique Benchetrit.

Servi par un casting épatant (Isabelle Huppert, Gustave Kerven, Valeria Bruni Tedeschi, Jules Benchetrit, Michael Pitt et la formidable Tassadit Mandi), des dialogues ciselés où les silences et les regards en disent long, et sublimé par une douce mélodie composée par Raphaël, Asphalte est une comédie à taille humaine : irrésistiblement drôle, tendrement poétique, merveilleusement émouvante.

Sortie le 7 octobre 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Un voyage

107394.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxUn couple dépose leur enfant à la maternelle un vendredi matin. C’est la grand-mère qui viendra le chercher le soir et qui le gardera pour le week-end. Eux partent en voyage, dans un autre pays…

Déconcertant, imparfait, spontané, Un Voyage, le nouveau film de Samuel Benchetrit (J’ai toujours rêvé d’être un gangster), surprend par sa mise en scène épurée et instinctive, parfois maladroite et à l’esthétique peu soignée (les scènes filmées caméra à l’épaule ne sont pas toujours du meilleur effet), pour coller au plus près de ce couple fusionnel, uni jusque dans ce dernier voyage bouleversant.

L’atmosphère pesante contraste avec les paysages montagneux et verdoyants ; l’apparente jovialité de Mona (magnifique Anna Mouglalis), solaire et désinvolte, détonne avec l’infinie tristesse qui se dégage de Daniel (formidable Yann Goven), tout en retenu ; la douceur avec laquelle ce couple se parle, s’écoute et se regarde tranche avec la violence du drame qu’ils sont en train de vivre. Car Mona, atteinte d’une maladie incurable, a décidé de passer la frontière pour se faire euthanasier…

L’urgence de vivre les derniers moments et la tension permanente sont atténuées par des rencontres fugaces et authentiques : celle avec une jeune femme ébranlée, perdue dans sa solitude (Céline Sallette, remarquable), que son époux ne semble plus remarquer ; ou bien celle avec un policier aux allures d’armoire à glace, aux petits soins pour sa mère malade… des personnages secondaires brossés en quelques coups de pinceaux qui révèlent des fêlures touchantes et font écho aux personnages de Mona et Daniel.

« Je voulais être dans une chronologie des sentiments, et non dans une chronologie de temps » nous explique Samuel Benchetrit, que nous avons rencontré lors d’une table ronde. « J’avais envie de filmer une histoire d’amour et de rupture, et d’offrir à Anna Mouglalis un rôle important. Avec Yann Goven, qui me semblait posséder ces « cicatrices invisibles » essentielles au rôle de Daniel, Anna était tout de suite dans la complicité.  Nous avions un budget très serré, une équipe de seulement quelques personnes et peu de jours de tournage. Ces contraintes, quoique très compliquées à gérer, m’ont permis d’emprunter des chemins différents, d’être plus instinctif aussi. Je suis allé vers une économie de langage pour laisser la place au son : les bruits de pas sont devenus une musique, le vent, du lyrisme… le réalisme que je fuyais s’est imposé. Quant à ce désir de minimalisme, il s’illustre également par les compositions – très électro – de Raphaël, qui signe pour la première fois la musique d’un film. Elles accentuent la mélancolie qui se dégage d’Un Voyage et qui correspond à l’état d’esprit dans lequel j’étais au moment de la réalisation. »

Gracieuse et lumineuse, Anna Mouglalis ajoute de sa belle voix grave : « Samuel est un intuitif : il offre une grande liberté de jeu à ses acteurs. En fonction du scénario, il sait créer une ambiance propice aux scènes. Par exemple, celles où les sentiments devaient être contenus ont été particulièrement difficiles à tourner. Mais nous nous sommes fait confiance. Cela donne un film d’une grande émotion, presque littéraire quand on y pense. »

Si le résultat déroute, Un Voyage nous laisse une impression de rêve, poétique, insensé et cauchemardesque. Et l’on se demande déjà quel sera le prochain projet du réalisateur imprévisible.

Sortie le 23 avril 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Jeu concours Un Voyage

107394.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxUn couple dépose leur enfant à la maternelle un vendredi matin. C’est la grand-mère qui viendra le chercher le soir et qui le gardera pour le week-end. Eux partent en voyage, dans un autre pays, dans un ailleurs, singulier et éphémère…

En partenariat avec l’Agence Le K, Des Films et des Mots vous propose de découvrir Un Voyage, le nouveau film de Samuel Benchetrit qui met en scène un drame intime et déroutant entre Anna Mouglalis et de Yann Goven, en salles le 23 avril prochain.

5 x 2 places de cinéma sont mises en jeu : tentez votre chance en répondant au formulaire en ligne avant le 22 avril minuit (Attention : les réponses incomplètes ne seront pas prises en compte).

Les gagnants seront tirés au sort à l’issue du concours puis contactés par mail avant de recevoir leur lot par voie postale.

Bonne chance à tous!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS