Palme d’Or 2013

21000447_20130422161538164_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxEuphorisant, enthousiasmant, prometteur, énervant, décevant, inattendu, humide, lent, élégant, kitch, vulgaire, populaire, ensoleillé, capricieux, généreux, snob, fatiguant, ennivrant, joyeux… Voici quelques unes des très nombreuses émotions ressenties au cours de ces quelques jours passés au Festival de Cannes, où chaque jour annonçait son lot de surprises, bonnes ou mauvaises : les longues heures d’attente dans l’espoir de pouvoir assister à la projection des films en compétition, parfois récompensées (j’ai ainsi pu assisté au passable Jeune et Jolie de François Ozon), parfois vaines (les 2 heures d’attente sous une pluie diluvienne pour voir Jimmy P. d’Arnaud Desplechin me restent encore en travers de la gorge… et cela n’a rien avoir avec l’angine attrapée en guise de souvenir!) ; la merveilleuse découverte du dernier documentaire de Marcel Ophüls, Un voyageur, en présence du réalisateur – dont je vous reparlerai forcément, coup de coeur oblige! ; la projection de la version restaurée des Parapluies de Cherbourg dans la salle du 60ème, en compagnie de la famille Varda-Demy et de Christoph Waltz, membre du jury de la sélection officielle (et digne interprète tarantinien aux mille talents que j’aime infiniment!) ; les sentiments éprouvés à l’issue du bouleversant Like Father Like Son du japonais Hirokazu Kore-eda ; les nombreuses frustrations de ne pas pouvoir être partout à la fois, voir tous les films programmés en sélection officielle, à la Quinzaine des réalisateurs, à la Semaine de la critique, à Un Certain regard (le Sofia Coppola m’a échappée à deux reprises mais m’a ainsi permis d’apprécier l’émouvant Miele, premier film de Valeria Golino),  ne pas pouvoir assister aux conférences de presse par manque de temps (tout est question de stratégie à Cannes!) ; et au bout de 10 jours d’une intensité émotionnelle exponentielle, l’impatience de connaître les « Palmés » récompensés lors de la cérémonie de Remise des prix (et la curiosité frivole de découvrir les tenues époustoufflantes – ou complètement ratées, à l’image des films présentés -) ne nous quitte plus!

Je ne vous fais donc pas languir plus longtemps et vous présente le « bouquet final » du festival de Cannes 2013 :

Palme d’Or : La vie d’Adèle, Chapitres 1 et 2 d’Abdellatif Kechiche
Grand Prix : Inside Llewyn Davis, des frères Coen
Prix de la mise en scène : Heli, d’Amat Escalante
Prix du jury : Tel Père tel fils, de Hirokazu Kore-eda
Prix du meilleur scénario : Touch of Sin, de Jia Zhangke
Prix de la meilleure interprète féminine : Bérénice Béjo, pour Le Passé d’Asghar Farhadi
Prix du meilleur interprète masculine : Bruce Dern, pour Nebraska d’Alexander Payne

Caméra d’or : Ilo Ilo, d’Anthony Chen
Palme d’or du court-métrage : Safe, de Byoung-Gon Moon

« Nous avons écouté nos coeurs, nous avons essayés de voir quelles oeuvres y résonnaient » déclarait Steven Spielberg, président du jury, dans son discorus d’introduction. Voici donc un Palmarès réjouissant qui promet de grands moments à vivre une fois encore dans les salles obscures.
Et surtout, une belle façon de prolonger le festival… jusqu’à sa prochaine édition!

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Cannes 2013 : ce qui nous attend!

AFF_CANNES_22X30.inddSteven Spielberg dans le rôle du président du jury.

Audrey Tautou, en maîtresse de cérémonie.

Kim Novak, invitée d’honneur.

Baz Lurhmann, Leonardo DiCaprio, Carey Mulligan, Tobey Maguire et Isla Fisher (le casting de Gatsby le Magnifique) attendus pour la célèbre montée des marches pour l’ouverture du Festival tandis que Sofia Coppola, Emma Watson, Leslie Mann et Kirsten Dunst (l’équipe de The Bling Ring) ouvriront la sélection d’Un Certain regard., présidé par Thomas Vinterberg (Festen). Quant à la Quinzaine des réalisateurs, c’est Ari Folman (Valse avec Bachir) qui inaugurera cette section parallèle avec Robin Wright et Le Congrès.

Pour sa 66e édition, le Festival de Cannes s’offre une distribution inespérée et promet des découvertes riches en belles émotions au vu de la sélection officielle particulièrement enthousiasmante.
Pas moins de 19 films concourront ainsi, du 15 au 29 mai, pour décrocher la fameuse Palme d’Or, remportée l’an passé par Michael Haneke.

Récapitulatif détaillé de ce qui nous attend sur la Croisette !

En Sélection officielle :

Jimmy P d’Arnaud Desplechin

Un Château en Italie de Valeria Bruni-Tedeschi

Jeune et Jolie de François Ozon

La vie d’Adèle dAbdellatif Kechiche

Michael Kohlhass d’Arnaud Despallières

Only God Forgives de Nicolas Winding Refn (l’un de nos favoris!)

Borgman d’Alex Warmerdam

Behind the Candelabra de Steven Soderbergh (dernier film avant la retraite annoncée?)

La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino

La Vénus à la fourrure de Roman Polanski

Nebraska d’Alexander Payne (un autre de nos favoris!)

Wara no tate de Takeshi Miike

Like Father Like Son d’Hirokazu Kore-eda

The Immigrant de James Gray (notre chouchou)

Le Passé d’Ashghar Farhadi (très attendu)

Grisgris de Mahamat-Saleh Haroun

Heli d’Amat Escalante

Tian Zhu Ding de Jia Zhangke

Inside Llewyn Davis de Joel et Ethan Coen (que l’on aime aussi beaucoup)

 

Les festivités cannoises se conjuguant forcément au pluriel, voici les films sélectionnés en compétition de la Quinzaine des réalisateurs :

Omar d’Hany Abu-Assad

Death march d’Adolfo Alix Jr

Fruitvale Station de Ryan Coogler (premier film)

Les salauds de Claire Denis

Norte, Hangganan Ng Kasaysayan de Lav Diaz

As I Lay Dying de James Franco

Miele de Valeria Golino (premier film)

L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie

Bends de Flora Lau (premier film)

L’image manquante de Rithy Panh

La jaula de oro (« La cage dorée ») de Diego Quemada-Diez (premier film)

Anonymous de Mohammad Rasoulof

Sarah préfère la course de Chloé Robichaud (premier film)

Grand Central de Rebecca Zlotowski

 

La Semaine de la critique est présidée cette année par le réalisateur portugais Miguel Gomes et présente une sélection fort éclectique :

– Salvo de Fabio Grassadonia et Antonio Piazza (Italie/France)Semaine-de-la-Critique-affiche

– The Lunchbox (Dabba) de Ritesh Batra (Inde/France/Allemagne)

– For Those in Peril de Paul Wright (Royaume-Uni)

– Le Démantèlement (The Dismantlement) de Sébastien Pilote (Canada)

– Nos héros sont morts ce soir de David Perrault (France)

– Los Dueños de Agustin Toscano et Ezequiel Radusky (Argentine)

– The Major de Yury Bykov (Russie)

 

La sélection de la Quinzaine des Réalisateurs (films concourant pour la Caméra d’or) semble également pleine de promesses :

quinzaine_2013_4x3_presse_WEBrvbA Strange Course of Events de Raphaël Nadjari

Les Apaches de Thierry de Peretti

Après la nuit de Basil Da Cunha

– Blue Ruin de Jeremy Saulnier

Le Congrès d’Ari Folman

La Danza de la realidad d’Alejandro Jodorowsky

L’Escale de Kaveh Bakhtiari

La Fille du 14 Juillet d’Antonin Peretjatko

Henri de Yolande Moreau

Ilo Ilo d’Anthony Chen

Jodorowsky’s Dune de Franck Pavich

Last Days on Mars de Ruairi Robinson

Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne (dont nous nous réjouissons d’avance!)

Magic Magic de Sebastian Silva

On the Job de Erik Matti

Le Géant égoïste de Clio Barnard

Tip Top de Serge Bozon

Ugly de Anurag Kashyap

Un voyageur de Marcel Ophuls

L’Eté des poissons volants de Marcela Said

We Are What We Are de Jim Mickle

Cinéphiles du monde entier, vous voici parés à célébrer cet événement festif des plus attendus!

Dernière info – et pas des moindres! – Des Films et des mots vous donne rendez-vous en direct sur la Croisette pour tout vous dire sur les coups de coeur de cette cuvée 2013 !

Plus de renseignements sur le site du Festival de Cannes ici

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

And the winners are…

Oscars-2013-en-direct-Shirley-Bassey-rend-hommage-a-James-Bond_yahooExportPaysageCe week-end, le cinéma était à l’honneur puisque l’Hexagone décernait ses 38e Césars tandis que deux jours plus tard, le pays de l’oncle Sam remettait ses 85e Oscars.

Passons sur la qualité soporifique de la cérémonie des Césars, qui peine à se renouveler et à sortir d’un conformisme apathique voire affligeant pour nous concentrer sur le palmarès, hélas sans grande surprise (Noémie Lvovsky a d’ailleurs vu ses craintes se confirmer en repartant bredouille malgré les 13 nominations de Camille redouble, comédie fort sympathique mais de bien peu de poids face à l’Amour d’Haneke) :

Meilleur film : Amour de Michael Haneke

Meilleur réalisateur : Michael Haneke pour Amour

Meilleur acteur : Jean-Louis Trintignant pour Amour

Meilleure actrice : Emmanuelle Riva pour Amour

Meilleur court-métrage : Le Cri du homard de Nicolas Guiot

Meilleurs costumes : Christian Gasc pour Les Adieux à la reine

Meilleur montage : Juliette Welfling pour De Rouille et d’os

Meilleur décor : Katia Wyszkop pour Les Adieux à la reine 

Meilleur documentaire : Les Invisibles de Sébastien Lifshitz

Meilleure second rôle féminin : Valerie Benguigui dans Le Prenom

Meilleur scénario original : Amour de Michael Haneke

Meilleure musique originale : Alexandre Desplat pour De Rouille et d’os

Meilleur film étranger : Argo de Ben Affleck

Meilleur son : A. Deflandre, E. Tisserand, G. Boulay pour Cloclo

Meilleure photo : Romain Winding pour Les Adieux à la reine

Meilleur espoir masculin : Matthias Schoenaerts pour De Rouille et d’os

Meilleure espoir féminin : Izia Higelin dans Mauvaise fille

Meilleure adaptation : Thomas Bidegain et Jacques Audiard pour De Rouille et d’os

Meilleur film d’animation : Ernest et Célestine

Meilleur second rôle masculin : Guillaume de Tonquedec pour Le Prénom

Meilleur second rôle féminin : Valérie Benguigui pour Le Prénom

Meilleur premier film : Louise Wimmer de Cyril Mennegun

Une compilation des « meilleurs moments » de la cérémonie est à découvrir ici :

 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Quant aux Oscars, point de surprise non plus en confirmant les vainqueurs des Golden Globes :

Meilleur film : Argo de Ben Affleck

Meilleur acteur : Daniel Day Lewis pour Lincoln

Meilleure actrice : Jennifer Lawrence dans Happiness Therapy

Meilleur réalisateur : Ang Lee pour L’Odyssée de Pi

Meilleur scénario original : Quentin Tarantino pour Django Unchained

Meilleure adaptation : Chris Terrio pour Argo

Meilleure chanson : Skyfall par Adèle

Meilleure musique : Mychael Danna pour L’Odyssée de Pi

Meilleur décor : Lincoln

Meilleur montage : Argo

Meilleure actrice dans un second rôle : Anne Hataway pour Les Misérables

Meilleur acteur dans un second rôle : Christoph Waltz dans Django Unchained

Meilleur montage son : Zero Dark Thirty et Skyfall

Meilleur mixage son : Les Misérables

Meilleur film étranger : Amour de Michael Haneke

Meilleur documentaire : Sugar Man

Meilleur court-métrage documentaire : Inocente

Meilleur court-métrage de fiction : Curfew

Meilleur maquillage et coiffure : Les Misérables

Meilleurs costumes : Anna Karenine

Meilleurs effets spéciaux : L’Odyssée de Pi

Meilleure photographie : Claudio Miranda pour L’Odyssée de Pi

Meilleur long-métrage d’animation : Rebelle

Meilleur court-métrage d’animation : Paperman

Un joli court-métrage  que nous vous proposons de découvrir ici :


Paperman by Spi0n

Des cérémonies en demi-teinte qui font espérer une prochaine cuvée bien plus diverse et enthousiasmante.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS