La Volante

185656.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxAlors qu’il emmène sa femme à la maternité pour accoucher, Thomas percute et tue un jeune homme sur la route. Marie-France, la mère de ce dernier, ne parvient pas à se remettre du drame. Neuf ans plus tard, Marie-France devient la secrétaire de Thomas sans qu’il sache qui elle est. Peu à peu, elle s’immisce dangereusement dans sa vie et sa famille jusqu’à lui devenir indispensable.

Pour leur troisième réalisation commune (après Le Rat et Camping sauvage), Christophe Ali et Nicolas Bonilauri s’intéressent au film noir tissé autour d’une histoire de vengeance : celle de Marie-France, une mère meurtrie bien décidée à ce que justice soit faite.

Glaciale, sournoise et inquiétante, Nathalie Baye campe avec brio cette femme vengeresse ayant perdu le sens de la réalité, qui menace insidieusement sa proie (le trop rare Malik Zidi), réduit à l’état d’un vulgaire pion, jusqu’à le mettre échec et mat.

Entre secrets, manipulation et perfidie, La Volante est un thriller bien ficelé, malgré quelques facilités scénaristiques et des scènes farfelues hors propos, où le suspense va crescendo, où l’étau se resserre petit à petit sans échappatoire et où l’atmosphère hitchcockienne est de bon aloi.

Sortie le 2 septembre 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Jeu concours La Volante

185656.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxNathalie Baye et Malik Zidi à l’affiche d’un thriller psychologique haletant… Voici La Volante, un film noir particulièrement réussi où suspense, secrets et perfidie sont de mise.

Alors qu’il emmène sa femme à la maternité pour accoucher, Thomas percute et tue un jeune homme sur la route. Marie-France, la mère de ce dernier, ne parvient pas à se remettre du drame. Neuf ans plus tard, Marie-France devient la secrétaire de Thomas sans qu’il sache qui elle est. Peu à peu, elle s’immisce dangereusement dans sa vie et sa famille jusqu’à lui devenir indispensable…

Tentés par le film de Christophe Ali et Nicolas Bonilauri? Nous mettons en jeu 3 x 2 places de cinéma* pour découvrir La Volante, en salles le 2 septembre 2015.

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-joint avant le mardi 1er septembre minuit. Les gagnants tirés au sort seront prévenus par mail et recevront leur lot par voie postale dans les meilleurs délais.

Bonne chance à tous!

*Valables dans toutes les salles de cinéma en France métropolitaine.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Le Tournoi

252913.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx7 jours de tournoi dans un grand hôtel à Budapest.
Un favori : Cal Fournier, 22 ans, champion de France d’échecs, génie immature, programmé pour la victoire, combat ses adversaires avec une puissance impressionnante. Déconnecté du monde, Cal se noie dans les jeux et paris permanents avec sa petite amie Lou et ses acolytes Aurélien, Anthony et Mathieu.
Mais un adversaire pas comme les autres va enrayer cette routine bien huilée…

Une plongée au coeur de l’univers des échecs, ce monde mystérieux qui ne laisse rien transparaître, un monde exaltant où les plus fins stratèges s’affrontent à coup de bluff, de combats acharnés, de tactiques déstabilisantes et de calculs machiavéliques, un monde fascinant qui révéla les limites de l’homme face aux machines (citons la célèbre partie remportée par l’ordinateur Deep Blue face au champion du monde Garry Kasparov en 1997, souvent controversée depuis lors). Le tableau séduit d’entrée de jeu.

Mais ne nous y trompons pas : Le Tournoi est avant tout l’histoire d’un jeune espoir, « programmé » pour gagner. La réalisatrice Elodie Namer raconte : « L’enjeu [du film], c’est de comprendre comment Cal s’affranchit de l’emprise de son esprit. Comment le robot s’humanise et devient autre chose qu’un cerveau sur pattes. »

Les échecs ne sont finalement qu’un prétexte à ce portrait d’un joueur blasé et suffisant, pour qui l’avenir semblait tout tracé, qui se retrouve à perdre pied face à un adversaire insaisissable.

L’intérêt du film réside dans sa façon de capter l’enfermement des joueurs, déconnectés de la réalité, prisonniers dans un hôtel oppressant où l’on tue le temps en se lançant des défis débiles ou en enchaînant les cuites entre deux parties. Filmés à huis clos, les joueurs tombent les masquent et révèlent que derrière la maîtrise extrême face à l’échiquier, ils ne sont eux-mêmes que des pions fragiles et puérils, livrés aux mains de leur entraîneur.

Cet axe aurait mérité un traitement plus poussé. Or, la réalisatrice, animée par un désir de rendre « le jeu d’échecs cinématographique », verse dans un style électro-pop malvenu, entre esthétique kitsch aux couleurs saturées et musique tambourinante des plus agaçantes. Le scénario, sans surprise, souffre également de quelques faiblesses et flirte trop souvent avec les codes du film pour adolescents.

Le Tournoi aurait gagné en intensité en étant plus sobre, plus tenu. La maturité s’acquiert avec le temps paraît-il. Rendez-vous lors d’une prochaine partie?

Sortie le 29 avril 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS