Connasse, princesse des coeurs

Affiche_120x160_CONNASSE_PRINCESSE_DES_COEURS_okCamilla, 30 ans, Connasse née, se rend compte qu’elle n’a pas la vie qu’elle mérite et décide que le seul destin à sa hauteur est celui d’une altesse royale.

Avouons-le : certains films viennent titiller furieusement vos préjugés. Un titre qui joue sur le vulgaire, faisant craindre un humour gras et bas de gamme calqué sur les comédies américaines « trash » et graveleuses, un synopsis maigrichon plutôt quelconque, et une énième adaptation d’une série TV…  Connasse, princesse des coeurs avait tous les défauts requis pour me faire lever les yeux au plafond et soupirer d’ennui avant même le début du film.

En à peine deux minutes, Camille Cottin a déboulé telle une tornade sur grand écran avec un aplomb ravageur, un sens de l’auto-dérision irrésistible, un bagou surprenant, réduisant à néant mes stupides a priori.

Pendant 1h20, le spectateur assiste à une succession de situations rocambolesques, ahurissantes de drôlerie, au ressort comique d’autant plus efficace que le film est tourné en caméra cachée, exigeant un rouage extrêmement précis.

Jouer au chauffeur de taxi pour touristes qui déblatère avec une franchise désarmante, alpaguer avec outrecuidance le « Duc de Bern » pour lui demander conseils, escalader les grilles de Kensington Palace en talons aiguilles, improviser un défilé de mode avec la garde royale tête haute, sans sourciller… Camilla ose, brave et défie, ne s’embarrasse d’aucune limite, débite ses répliques savoureuses avec la même précision que s’il s’agissait de sa carte Gold, pense tout haut ce que les autres disent tout bas, se moque des autres presque autant que d’elle-même, le tout en conservant une certaine élégance et en ne versant jamais dans la vulgarité.

Eloïse Lang et Noémie Saglio signent une comédie endiablée, déjantée et rondement menée, et ont trouvé en Camille Cottin une remarquable interprète (dé)culottée qui parvient contre toute attente à s’attirer notre sympathie.

« Il ne faut jamais avoir de préjugés, ni juger les gens sans les connaître » écrivait Oscar Wilde. Une citation que nous tâcherons désormais de garder en tête!

 Sortie le 29 avril 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Samba

209765.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxSamba, sénégalais en France depuis 10 ans, collectionne les petits boulots ; Alice est une cadre supérieure épuisée par un burn out. Lui essaye par tous les moyens d’obtenir ses papiers, alors qu’elle tente de se reconstruire par le bénévolat dans une association. Chacun cherche à sortir de son impasse jusqu’au jour où leurs destins se croisent… Entre humour et émotion, leur histoire se fraye un autre chemin vers le bonheur. Et si la vie avait plus d’imagination qu’eux ?

Après le succès phénoménal d’Intouchables, le duo de réalisateurs Olivier Nakache et Eric Toledano poursuit l’aventure sur grand écran et livre un film engagé aux multiples nuances.

Inspiré du roman Samba pour la France de Delphine Coulin, Samba plonge le spectateur dans la terrible réalité des sans-papiers, sans complaisance ni sensiblerie, et fait se rencontrer des personnages en lutte dont la route aurait pu ne jamais se croiser.

« Nous avons mis des visages sur des statistiques. Aborder le côté politique du sujet, ce n’est pas notre rôle, pas plus que de faire passer un message. En revanche, le cinéma permet au spectateur de découvrir par des personnages et leur quotidien, un monde que souvent il ne connaît pas autrement que par le débat public et les médias. Et à partir de là, cela peut lui donner matière à réfléchir différemment » raconte Eric Toledano.

Aux côté de Samba gravite une galerie de personnages hauts en couleur et attachants, qu’ils soient au bout du rouleau ou aguerris, maladroits ou pétillants, fougueux ou timorés, danseurs enflammant la piste de danse ou acrobates malavisés sur les toits de Paris… Ces « caractères » rythment le film au gré de leurs humeurs, permettant d’insuffler des respirations lors des scènes à la tonalité plus grave et de désamorcer les tensions par le rire.

Entourés d’un casting impeccable (qu’il s’agisse du couple Charlotte Gainsbourg/Omar Sy, inattendu et saisissant, de Tahar Rahim, d’Izïa Higelin ou encore d’Issaka Sawadogo), Nakache et Toledano signent un film poignant et nécessaire, entre le drame et la comédie, et évitent les écueils de la facilité.

 Sortie le 15 octobre 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS