Un été à Osage County ++

335126.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxEn famille, on se soutient. En famille, on se déchire… Suite à la disparition de leur père, les trois filles Weston se retrouvent après plusieurs années de séparation, dans leur maison familiale. C’est là qu’elles sont à nouveau réunies avec la mère paranoïaque et lunatique qui les a élevées. A cette occasion, des secrets et des rancœurs trop longtemps gardés vont brusquement refaire surface…

Sur le célèbre thème du « famille je vous (h)aime », John Wells (The Company Men) adapte la pièce de Tracy Letts et nous fait partager cet Eté à Osage County au coeur de l’enfer familial.

Particulièrement inspiré, le cinéaste livre un portrait acide et pourtant si juste de cette famille matriarcale construite sur les non-dits, les rapports de force, les blessures et le mal-amour.

Les sublimes Julia Robert et Meryl Streep rivalisent de talent et épatent par leur jeu mêlant puissance et fragilité tandis que la mise en scène joliment maîtrisée nous enferme peu à peu dans ce quasi-huis-clos étouffant, où les secrets de famille se révèlent à mesure que les maques tombent.

Derrière les crises d’hystérie, les reproches cinglants, les colères révoltées et la cruelle culpabilité, Wells – brillamment entouré par un casting épatant, de Benedict Cumbertach à Sam Shepard en passant par Ewan McGregor et Julianne Nicholson -, aborde subtilement des thématiques connues tel l’héritage familial, le schéma qui se répète ou encore la place qui nous est attribuée.

Un film brillant, caustique et jouissif qui semblent faire écho au discours d’Oscar Wilde : « Les enfants commencent par aimer leurs parents ; devenus grands, ils les jugent ; quelquefois, ils leurs pardonnent ».

Sortie le 24 février 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Les Amants du Texas

21023666_2013073114405281.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxBob et Ruth s’aiment, envers et contre tout. Et surtout contre la loi. Un jour, un braquage tourne mal et les deux amants sont pris dans une fusillade. Quand Bob est emmené par la police, Ruth a tout juste le temps de lui annoncer qu’elle est enceinte. Dès lors, Bob n’aura qu’une obsession : s’échapper de prison pour rejoindre sa femme et son enfant.

Mais quand il y parvient, quatre ans plus tard, le rêve correspond mal à la réalité. En fuite, poursuivi par la police et par les membres d’un gang, Bob peine à rétablir le lien avec sa famille. Ruth est devenue mère et elle ne veut pas d’une vie de cavale : courtisée par un policier attentionné, la jeune femme devra choisir entre le passé et l’avenir.

Second long métrage de David Lowery, Les Amants du Texas raconte une histoire d’amour devenue impossible entre un hors-la-loi passionné et une jeune femme prise dans la tourmente entre raison et sentiments.

Pour camper ces Bonnie et Clyde d’un genre plus intimiste, Casey Affleck surprend par sa puissance et sa maturité et fait la part belle à la sublime Rooney Mara, solaire et lunaire. Quant au personnage de Patrick, le shérif dévoué secrètement épris de la belle Ruth, Ben Foster livre une prestation touchante, tout en finesse et en retenue.

L’intemporalité qui se dégage de ce drame aux accents de western teinté de romantisme, la douceur qui nous berce tout au long de ce récit mélancolique entrecoupée de notes brutales, la mise en scène subtile et minimaliste, les personnages au caractère bien définis qui évitent la caricature, la tessiture folk, les images aux couleurs chaudes contrastant avec l’intention terrible du film sont autant d’éléments qui font des Amants du Texas une réussite. Un film a priori tout simple qui laisse pourtant une étrange impression d’éphémère inoubliable.

Sortie le 18 septembre 2013.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS