Victoria

545138-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxVictoria, c’est le portrait d’une avocate débordée, mère célibataire de deux fillettes qui tente de jongler entre sa vie privée et sa vie professionnelle.

Le film s’ouvre sur la démission soudaine du baby-sitter-homme-à-tout-faire. S’ensuivent de multiples épreuves auxquelles l’héroïne doit faire face : l’appel à l’aide d’un ami (Melvil Poupaud), accusé d’une tentative de meurtre, qui souhaite qu’elle assure sa défense ; la lutte contre la vindicte de son ex-mari, écrivain en mal d’inspiration, auteur d’un blog « autofictionnel » qu’il nourrit de leur vie commune ; mais surtout la spirale infernale dans laquelle la jeune femme semble s’embourber. Elle tente alors de trouver les réponses à ses névroses dans les cartes d’une voyante, les aiguilles d’un acuponcteur ou dans les bras d’un amant d’un soir, sans succès.

Les frontières se brouillent, la vie privée se mêle au professionnel, l’intime se confond avec le travail, les talents d’oratrice autrefois convaincants deviennent sans effet,bref, la machine s’enraye.

Désespérée, Victoria va jusqu’à embaucher un ancien dealer (Vincent Lacoste) qu’elle a défendu pour s’occuper de ses filles… et accessoirement d’elle-même.

Après La Bataille de Solférino Justine Triet traite à nouveau de la lutte d’une mère célibataire dans Victoria. Pour incarner cette mère dépassée par les événements, la réalisatrice a judicieusement choisi Virginie Efira, qui tour-à-tour se révèle lumineuse, fantasque, débordée, perdue, pathétique mais toujours vaillante !

Ainsi, même si « cette comédie désespérée mais joyeuse » ne répond pas à toutes les questions existentielles qu’elle soulève, que sa fin laisse songeur et que certains personnages secondaires sont traités de manière assez inégale, elle a le mérite d’allier le burlesque à la mélancolie et surtout de brosser le portrait d’une héroïne des temps modernes : la femme d’aujourd’hui !

Sortie le 14 septembre 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Elle

464442.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxMichèle fait partie de ces femmes que rien ne semble atteindre. À la tête d’une grande entreprise de jeux vidéo, elle gère ses affaires comme sa vie sentimentale : d’une main de fer. Sa vie bascule lorsqu’elle est agressée chez elle par un mystérieux inconnu. Inébranlable, Michèle se met à le traquer en retour. Un jeu étrange s’installe alors entre eux. Un jeu qui, à tout instant, peut dégénérer.

Puissant, dérangeant, envoûtant, subversif… comme toujours, Paul Verhoeven sait provoquer malaise et fascination. Un talent qu’il met au service d’Elle, l’adaptation du roman non moins sulfureux Oh… de Philippe Djian, prix Interallié en 2012 qui fut matière à controverse.

Dans ce thriller passionnant, le cinéaste frôle habilement le malsain, pratique l’art de la provocation, et questionne les limites de la transgression. Un scénario finement ciselé, une mise en scène savamment maîtrisée, un suspense redoutable, des dialogues cinglants, une écriture jubilatoire, et surtout une interprète magistrale. Car qui d’autre qu’Isabelle Huppert pouvait incarner l’ambiguïté et donner à vie à ce personnage de papier, glaçant, mystérieux, implacable ?

Entourée d’un casting sans fausse note, la grande Huppert est parfaite en dominatrice-dominée qui distribue les cartes d’une main de fer au petit monde qui l’entoure.

Et bien qu’il en soit reparti bredouille, Elle est l’un des rares films à avoir eu toute sa place en compétition du dernier festival de Cannes. Un film déroutant dont on ressort avec un plaisir coupable.

Interdit aux moins de 12 ans

Sortie le 25 mai 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Un Homme à la hauteur

HD_120x160_Un hommealahauteurDiane est une belle femme. Une très belle femme. Brillante avocate, elle a de l’humour et une forte personnalité. Et comme elle vient de mettre un terme à un mariage qui ne la rendait pas heureuse, la voilà enfin libre de rencontrer l’homme de sa vie. Le hasard n’existant pas, Diane reçoit le coup de fil d’un certain Alexandre, qui a retrouvé le portable qu’elle avait égaré. Très vite, quelque chose se passe lors de cette conversation téléphonique. Alexandre est courtois, drôle, visiblement cultivé… Diane est sous le charme. Un rendez-vous est rapidement fixé. Mais la rencontre ne se passe pas du tout comme prévu.

Adapté de la comédie argentine Corazón de León, Un Homme à la hauteur est une comédie romantique singulière, qui porte sur la différence et interroge sur le poids du regard des autres. « Il y avait là un sujet fort, audacieux, inattendu et j’ai tout de suite vu dans cette comédie un vrai potentiel émotionnel » raconte Laurent Tirard. « Mais au-delà des situations comiques, j’ai été particulièrement séduit par cette très belle histoire d’amour ».

Pour interpréter cet amoureux de petite taille, le cinéaste a fait appel à Jean Dujardin, « une évidence ». « Je savais que prendre un acteur connu au potentiel de séduction avéré, créerait un choc. Mais on est au cinéma et même un film dit réaliste ne reflète pas complètement la réalité. Alors j’assume le déguisement. Cela n’empêche pas que l’histoire fasse sens » explique-t-il.

Pourtant, le choix de Dujardin en « modèle réduit » n’est pas des plus convaincants, son interprétation souffrant de l’omniprésence des effets spéciaux et d’un scénario somme toute convenu. Malgré tout, le charme opère et l’on prend plaisir à suivre cette amour naissante entre le duo Dujardin/Effira à la complicité évidente. Quelques scènes cocasses, des seconds rôles parfaits – Cédric Khan en mari jaloux, César Domboy en fils protecteur – viennent compléter ce film sympathique, qui a au moins le mérite de faire passer un bon moment

Sortie le 4 mai 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS