Star Treck Sans limites

462362.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxUne aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l’espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace.

Chers lecteurs, je préfère vous avertir que cette critique a été rédigée par une novice de la saga créée par Gene Roddenberry. Et malgré le peu d’éléments de comparaison avec la série culte du petit écran dont les aventures ont déjà fait l’objet de deux chapitres au cinéma, je reconnais bien volontiers que ma première expérience à bord de l’Enterprise a été édifiante.

Il fallait bien un troisième opus pour célébrer le demi-siècle de la franchise Star Treck. Et ce nouveau volet ne déroge pas à la règle qui a fait son succès : de l’action à foison – des images à couper le souffle, des courses poursuite à vous tenir en haleine un asthmatique, de la castagne en veux-tu en voilà -, une intrigue assez simple -pour quiconque fait fi du langage nébuleux propre à la science fiction -, les légendaires bisbilles de Spock et du Capitaine Kirk, des dialogues pince-sans-rire, des extra-terrestres rock’n roll…

Plaisant et efficace, Star Trek sans limites nous embarque dès les premières minutes dans cet univers futuriste à l’imagination débordante… Et le générique de fin passé, on se surprend à en redemander!

Sortie le 17 août 2016.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

Daddy cool

551028.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxEntre fous rires et crises de larmes, Cameron Stuart ne sait plus où donner de la tête. Diagnostiqué bipolaire, Cameron suit un traitement dans le but de reconquérir sa femme Maggie et de réintégrer le cocon familial qu’ils forment avec leurs deux filles. Mais lorsque Maggie décide de quitter Boston pour partir à New-York reprendre ses études, la jeune femme n’a pas d’autre choix que de confier la garde de ses enfants à ce père pas tout à fait comme les autres…

« Créer, c’est toujours parler de l’enfance » écrivait Jean Genet. Une citation qui aurait pu inspirer la scénariste Maya Forbes, qui, pour son premier film derrière la caméra, a choisi de mettre en images ses souvenirs d’enfance.

Tendre, drôle, parfois survolté, Daddy cool surprend par sa tonalité résolument moderne et nous plonge dans le quotidien d’un couple en crise au milieu des années 1970. Phase maniaco-dépressive, éducation, égalité des chances, métissage, parité sont quelques uns des thèmes esquissés au cours de cette comédie dramatique douce et lumineuse, qui nous émeut par sa pudeur.

Au-delà du scénario léché et de la mise en scène délicate, Daddy cool est servi par un casting impeccable : Zoé Saldana campe une mère courageuse tiraillée entre le bien-être de sa famille et son envie de réussite socio-professionnelle, la jeune Imogene Wolodarsky (qui n’est autre que la fille de la réalisatrice) révèle déjà une belle maturité d’interprétation. Quant à Mark Ruffalo, il incarne avec aisance et justesse ce père aussi dérouté que déroutant, luttant pour se responsabiliser malgré la maladie, laissant exprimer avec maestria sa folie douce, sa créativité envahissante ou son goût pour l’aventure – qu’il s’agisse d’aller pêcher en slip rouge par temps de neige, de rouler en voiture au plancher « décapotable » ou de confectionner une robe de sirène danseuse de flamenco toute la nuit!

En dépit de son caractère aussi fluctuant que les montagnes russes, ce père non-conventionnel et débordant d’amour réussit peu à peu à trouver un équilibre, certes fragile, mais ô combien sincère.

Un bien joli film sous forme d’hommage, vivement recommandé!

Sortie le 8 juillet 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS

La légende de Manolo

197854.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxDepuis la nuit des temps, au fin fond du Mexique, les esprits passent d’un monde à l’autre le jour de la Fête des Morts. Dans le village de San Angel, Manolo, un jeune rêveur tiraillé entre les attentes de sa famille et celles de son cœur, est mis au défi par les dieux. Afin de conquérir le cœur de sa bien-aimée Maria, il devra partir au-delà des mondes et affronter ses plus grandes peurs. Une aventure épique qui déterminera non seulement son sort, mais celui de tous ceux qui l’entourent.

Réalisée par Jorge R. Gutierrez, La Légende de Manolo se présente comme un conte pour enfants plein d’entrain et de fantaisie écrit autour de l’amitié, de la bravoure, de la mémoire et des traditions.

Au coeur de l’intrigue, Manolo, un chanteur contrarié destiné à perpétuer la grande lignée familiale des toréadors ; Joaquin, un intrépide soldat moustachu bien décidé à honorer la mémoire de son père en devenant justicier ; et la belle Maria, une jeune femme indépendante, érudite et courageuse, qui ne s’en laisse pas conter.

Il y a aussi un cochon qui se prend pour un chien, une poule qui caquette des bulles de savon, des mariachis écervelés, une grand-mère caustique qui aime pratiquer l’humour cinglant, des dieux légèrement intrusifs et terriblement joueurs, une médaille d’immortalité, une bande de voleurs-pilleurs qui sème la terreur dans la ville, des morts au caractère joyeux, un grand-père bourré de rhumatismes qui perd littéralement la tête, des tubes d’Elvis, de Radiohead ou de Rod Stewart revisités sur des airs latinos, de l’humour à foison, de l’aventure, du folklore, des péripéties rocambolesques…

Colorée, fantasque et passionnante, La Légende de Manolo séduit par sa galerie de personnages truculents, son esthétisme vive et saturée si caractéristique du style mexicain, sa tonalité festive, et l’hommage rendu aux disparus.

« Le Jour des Morts, qui sert de toile de fond à l’histoire, est une philosophie. Il s’appuie sur la croyance que tant que l’on perpétue le souvenir des morts, que l’on raconte leur histoire, que l’on cuisine leurs plats et que l’on entonne leurs chansons, alors ils sont toujours près de nous » explique le réalisateur.

Gutierrez signe là une comédie familiale drôle et pétillante, que l’on découvre avec grand plaisir.

Sortie le 22 octobre 2014.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Twitter
  • RSS