Un jour de chance ++

Ancien publicitaire à succès désormais sans emploi, Roberto ne supporte plus d’être au chômage. Désespéré, il veut faire une surprise à sa femme en l’invitant dans l’hôtel qui fut le théâtre de leur lune de miel. Mais l’établissement a laissé place à un musée, sur le point d’être inauguré et présenté à de nombreux journalistes. Au cours de sa visite, Roberto fait une grave chute. En quelques minutes il devient l’attraction numéro 1 des médias présents et comprend que cet accident pourrait finalement lui être très profitable. Après tout, la mort en direct peut aussi se négocier financièrement…

Après l’éprouvante Balada Triste, Alex de la Iglesia poursuit sur la thématique du cirque dans un registre plus sobre mais toujours avec le même esprit caustique et des propos ô combien pertinents. Car c’est du cirque médiatique dont il est ici question, un cirque où l’on se joue des valeurs humaines et où le sensationnalisme est porté aux nues.

Dans Un jour de chance, le réalisateur – qui s’est inspiré du Gouffre aux chimères, de Billy Wilder – prend un malin plaisir à braquer les  projecteurs sur les travers d’une société spectacle portée sur le tout médiatique, sur les taux d’audience, le « placement de produits commerciaux » et qui plus est sur l’appât du gain.

Avec un cynisme avéré parsemé de quelques lueurs d’espoir, de la Iglesia construit une mise en scène ingénueuse autour de sa tragi-comédie aux allures gréco-romaine servie par des interprètes de talent, de José Mota à Blanca Portillo en passant par Salma Hayek.

Un pamphlet intelligent. Mordant, touchant et très juste.

Sortie le 12 décembre 2012.

Bande annonce

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article rédigé par : Laetitia
  • Twitter
  • RSS

Mettre un commentaire